Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bouquiniste En Normandie

  • : Le blog de librairie olvrat christine
  • Le blog de librairie olvrat christine
  • : Bouquiniste à Honfleur
  • Contact

Livres anciens et modernes

St Domingue 3  

 

crocodile

  Indiens de la Floride tuant un crocodile

 


Salons, foires et brocantes

Salon des métiers du livre, grenier à Sel HONFLEUR

Samedi 5 juillet 2014

10 h - 18h

A découvrir

costumes Nouvelle Zélande 

Costumes des habitants de la Baie des Iles

Nouvelle Zélande

 


 

costumes des habitants de Floride

  Costumes des principaux habitants de la Floride


Contact

TELEPHONE

06 47 93 17 11

Informations

  SIRET 509 961 850

14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 22:02

Dans un pays ravagé par la guerre, deux enfants jumeaux abandonnés à eux-même font seuls l'apprentissage de la vie...

AGOTA KRISTOF, Le grand Cahier

Exercice d'endurcissement de l'esprit

Grand-mère nous dit :
- Fils de chienne !
Les gens nous disent :
- Fils de Sorcière ! Fils de pute !
D'autres disent :
- Imbéciles ! Voyous ! Morveux ! Anes ! Gorets ! Pourceaux ! Canailles ! Charognes ! Petits merdeux ! Gibier de potence ! Graines d'assassin !
Quand nous entendons ces mots, notre visage devient rouge, nos oreilles bourdonnent, nos yeux piquent, nos genoux tremblent.
Nous ne voulons plus rougir ni trembler, nous voulons nous habituer aux injures, aux mots qui blessent.
Nous nous installons à la table de la cuisine l'un en face de l'autre et, en nous regardant dans les yeux, nous disons des mots de plus en plus atroces.
L'un :
- Fumier ! Trou du cul !
L'autre :
- Enculé ! Salopard !
Nous continuons ainsi jusqu'à ce que les mots n'entrent plus dans notre cerveau, n'entrent même plus dans nos oreilles.
Nous nous exerçons pour de cette façon une demi-heure environ par jour, puis nous allons nous promener dans les rues.
Nous nous arrangeons pour que les gens nous insultent, et nous constatons qu'enfin nous réussissons à rester indifférents.
Mais il y a aussi les mots anciens.
Notre mère nous disait :
- Mes chéris ! Mes amours ! Mon bonheur ! Mes petits bébés adorés !
Quand nous nous rappelons ces mots, nos yeux se remplissent de larmes.
Ces mots, nous devons les oublier, parce que, à présent, personne ne nous dit des mots semblables et parce que le souvenir que nous en avons est une charge trop lourde à porter.
Alors, nous recommmençons notre exercice d'une autre façon.
Nous disons :
- Mes chéris ! mes amours ! Je vous aime... Je ne vous quitterai jamais... Je n'aimerai que vous... Toujours... Vous êtes toute ma vie.
A force d'être répétés, les mots perdent peu à peu leur signification et la douleur qu'ils portent en eux s'atténue.

Partager cet article

Repost 0
Published by librairieolvratchristine - dans Littérature